SICOMINE – Sino Congolaise des Mines

Contrat de partenariat entre un concertium d’entreprises chinoises et le gouvernement Congolais (RDC) qui ont créé une entreprise minière de compensation. Les Chinois construisent et réhabilitent des infrastructures : routes, quelques hôpitaux au Congo à plus de 2000km en grande partie . En contrepartie ceux-ci par le biait de SICOMINES exploitent, cuivre, cobalt et acide sulfurique en terme de compasations.
L’entreprise existe depuis plus de 4ans mais le lancement officiel est intervenu le 06/11/2015 avant cette date les travailleurs congolais recrutés dans la communauté congolaise avaient pour salaire de base 3,92$ × 26 jours avec promesse d’amélioration au temps de production. Hélas deux ans après le lancement de la production l’entreprise ajoute juste moins d’un dollar au salaire de base et signe la convention collective la violant volontairement et abusivement. Ce là la pomme de Décorde entre l’entreprise et ses travailleurs qui en date du 17/11/2017 boudent et menacent de grever chose qui se réalisent le samedi 18/11 et dimanche 19/11/2017 le mouvement de grève paralyse l’entreprise parmi les revendications entre autres travailleurs contestent l’alinéa de la convention qui accorde au travailleur en cas de deuil de 1er degrés du travailleur seulement 250$ le samedi 18/11.
Le ministre provincial des mines et l’inspectrice de travail descendent pour concilier les deux partiespàlki : les Chinois promettent d’accorder 11,5 × 26 jours comme salaire de deux sacs de farines le mois que les travailleurs choisissent ce qu’ils désirent manger pendant lorsqu’ils travaillent. Désormais les conditions de travail changent au lieu d’un jour, une nuit un repos ce sera deux jours, deux nuits, deux jours de repos, les précisions pour deuil à multiplier par 2. Pour concrétiser les travailleurs demandent que ces résolutions soient écrites en présence du ministre, les chinois s’y opposes catégoriquement des hors les chinois chassent les travailleurs avec des chiens bergers, ceux qui leur tombent sous les bras sont amener de force travailler. Depuis ce temps la police est permanente du bus à l’usine, le travail s’exerce par contrainte plus de 70 personnes ont perdu d’emploi soit parce que repéré par camera au temps de grève comme meneur, soit pour avoir tiré une photo ou commenter sur la grève, pire encore ceux qui perdent l’emploi ne bénéficie que de deux cents dollars comme décompte finale. La triste réalité Congolaise.

SICOMINE
SINO CONGOLAISE OF MINES
Partnership contract between a concertium of Chinese companies and the Congolese government (DRC) who created a mining compensation company. The Chinese build and rehabilitate infrastructure: roads, some hospitals in Congo more than 2000km largely. On the other hand, these by the SICOMINES biait exploit copper, cobalt and sulfuric acid in terms of compassings.
The company has existed for more than 4 years but the official launch took place on 06/11/2015 before that date Congolese workers recruited in the Congolese community had base salary $ 3.92 × 26 days with promise of improvement over time of production. Alas two years after the start of production, the company adds just under a dollar to the base salary and signs the collective agreement violating it voluntarily and abusively. This is the apple of Decord between the company and its workers who on 17/11/2017 sulk and threaten to wreck thing that come true on Saturday 18/11 and Sunday 19/11/2017 strike action paralyzes the company among the claims among other workers challenge the paragraph of the convention that grants the worker in case of bereavement of 1st degree of the worker only $ 250 on Saturday 18/11.