La communauté a un problème d’eau

Ce sont là les trois puits forés par Frontier S.A pour en guise de solution
palliative au problème du tarrissement de la rivière Lubembe. Il se pose un problème d’insuffisance en énergie pour un fonctionnement satisfaisant parce que ces puits fonctionnent avec l’énergie solaire. Les mamans attendent depuis 4h ou 5h du matin
jusqu’à 10h et même 12h pour les vannes soient ouvertes. Causes :attendre que le soleil soit fort pour les panneaux accumulent beaucoup d’énergie solaire.

Après tarissement de la source lubembe,sous pression de la société civile FRONTIER SA se mis à forer ces puits avec pompes immergées. Nous avions longuement discuté sur le mode d’approvisionnement électronique, le responsable du social FRONTIER avait savoir que ces ouvrages fonctionneraient avec l’énergie solaire. De notre part nous avons souligné que il faut de l’électricité pour alimenter les pompes du fait que depuis le tarissement la pluviométrie est perturbée et les panneaux solaires ne resteront pas le problème d’énergie électrique à ces pompes.  Olivier Kukushi commissaire aux développement rural avait salué les efforts de cette société, aujourd’hui où en sommes nous ? Toute la cité  souffre en eau potable. Vraiment l’entreprise minière FRONTIER est l’ennemie de la communauté locale de Sakania.

Pour une solution palliative (à court terme) au épuisementde la rivière Lubembe à  Sakania, Frontier S.A à fait forer jusqu’à ce jour trois puits le quart de la cité. Mais il se pose un problème d’insuffisance en énergie solaire pour un fonctionnement satisfaisant parce que ces puits fonctionnent avec l’énergie solaire. Les mamans et les jeunes filles quittent leurs maisons à 4h ou 5h du matin  jusqu’à 10h et même 12h pour que les vannes soient ouvertes. Cause : attendre que le soleil soit fort et que les panneaux accumulent beaucoup d’énergie solaire. Conséquence : impatience et chacune veut puiser et remplir tous ses bidons une fois pour toute , d’où des disputes s’en suivent. En plus du non respect de ses responsabilités sociales, et de son insensibilité au cris de la communauté et même du service de l’environnement du territoire de Sakania, Frontier S.A est présumée aujourd’hui responsable du tarrissement de la rivière Lubembe. C’est une destruction mechante.

Pour répondre à l’accessibilité durable à l’eau, Frontier S.A à un projet séquentiel à court, moyen et long terme selon les propos de ses préposés au Social lors d’une rencontre au mois de Mars 2018 en présence de l’autorité de la Cité. La crainte de la communauté c’est que demain ou le lendemain l’exploitant ne plie bagages et qu’elle soit laissée à son triste sort